"Et oui, nous avons tous une vision très urbaine de notre jardin, une pelouse bien rase, une haie taillée au cordeau, des fleurs dans les massifs... On aime contraindre la nature, la maîtriser, la modeler ... Et si on lui laissait un peu de place pour s’exprimer, un petit coin où elle pourrait donner libre cours à son imagination... Allez courage, faisons-nous violence, osons !"

 

Première étape : Changer sa vision du jardin

Il faut apprendre à ne pas tout arracher (même si ça nous démange...), laisser des coins plus naturels avec une intervention humaine plus limitée. Ce coin peut être d’un mètre carré où on accepterait la pousse des mauvaises herbes... Oulala quelle vilaine expression « mauvaises herbes », moi je préfère les « herbes folles ». C’est plus poétique, et puis les herbes dites mauvaises ne le sont pas forcément. Par exemple, l’ortie, oui je sais, ce n’est pas une plante très gracieuse, en plus elle est urticante, oh la vilaine ! Mais elle est très appréciée par les chenilles d’un joli papillon dit « petite tortue ». De plus les amateurs de potager la considèrent comme un allié hors pair sous la forme de purin d’ortie ( on en reparlera prochainement...).
 
Pensez aux chenilles...
 
En attendant, si vous aimez suivre le vol léger des papillons dans votre jardin, pensez qu’avant d’être ce petit insecte en habit de couleur virevoltant de fleur en fleur, il commence sa vie en tant que chenille. Parfois poilue disgracieuse, parfois surprenante d’originalité et d’agilité, la chenille est une dévoreuse de plantes, apprenez à observer dans votre jardin ce qu’elles préfèrent et acceptez de voir vos feuilles grignotées. Les orties sont appréciées (la bonne nouvelle !), le trèfle, la violette, la pensée, la capucine... pire elles peuvent s’attaquer au potager et notamment aux choux, aux carottes, ... alors là c’est l’ultime provocation ! Stop, arrêtez tout, et réfléchissons avant de sortir l’insecticide : pensez déjà que vous allez consommer vos choux. Bien sûr, vous avez acheté un produit adapté, mais les molécules utilisées se retrouveront tout de même dans votre assiette. En petite quantité, il n’y a pas forcément d’effet, mais si on cumule l’ensemble des traitements de tous les aliments présents dans votre estomac, alors là bonjour le cocktail... Bref, pour limiter l’attaque de vos choux, il faut contenter les gourmandes par des plantes annexes, plus vous aurez de diversité de plantes (folles...), plus elles auront le choix...
 
Sphinx de l'euphorbe encore chenille
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Et les papillons dans tout ça ?
 
Même si vous n’avez pas repéré les chenilles, elles se cachent aussi chez vos voisins, votre jardin peut avoir des attraits particuliers du goût des papillons. Pour favoriser leur accueil, quelques astuces simples vous permettront de pouvoir observer ce joli visiteur. Les herbes aromatiques ne font pas seulement le bonheur des gastronomes : Thym, romarin, lavande, sauge, serpolet, menthe verte, fenouil, basilic, ciboulette, estragon, mélisse, origan et sarriette sont très appréciés des papillons qui aiment pouvoir les butiner tranquillement réchauffés par les rayons du soleil. Ce dernier est un facteur essentiel dans l’observation, dès qu’un nuage apparaît, tous aux abris et vous les retrouvez accrochés sous les feuilles. Le soleil revient et le bal des papillons reprend ! De vrais baromètres !
 
Aglais urticae - Petite tortue
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Besoin d'aide?
Bon, on va en rester là pour aujourd’hui mais je reviendrai dans le prochain numéro vous conter les aventures extraordinaires qui se jouent en permanence dans votre jardin.... en attendant ce rendez vous, si vous avez une interrogation, une réflexion à partager, un problème insoluble, n’hésitez pas à contacter notre « SOS jardin au naturel » au 03 23 80 32 20, Mathilde de Géodomia vous aidera dans vos recherches et mettront à votre disposition leur documentation que vous pouvez emprunter.

Hôtel à insectes, késako?

Qu’est ce qu’un hôtel à insectes ?

Un hôtel à insectes est un abri le plus souvent réalisé en bois et contenant plusieurs compartiments permettant d’accueillir plusieurs espèces animales. Les compartiments sont remplis de matériaux naturels comme des petites branches, des tiges de bambous, de la paille, de la brique, …

L’utilisation de matériaux variés permet d’accueillir différentes espèces. Par exemple, les pollinisateurs se réfugient dans les briques et les bûches percées, les perce-oreilles dans les pots en argile retournés et remplis de paille et les coccinelles dans les interstices de planchettes très rapprochées.

 Les étapes de la construction :

1- rassemblez les matériaux que vous avez chez vous, faites de la récupération !

2- si vous voulez faire un hôtel à insectes « ressemblant à une maison », pensez à surélever l’ossature pour l’isoler du froid et de l’humidité du sol.

3- Placez l’ossature à son emplacement définitif

4- Remplissez l’hôtel des différents matériaux que vous avez rassemblés.

Géodomia met à votre disposition des ouvrages vous expliquant la réalisation des hôtels à insectes, venez les découvrir !

www.aisne.com@ Copyright 2017 Département de l'Aisne | Mentions légales | Plan de site
Top